Cinq méthodes pour développer la ligne du dos de votre cheval


Egalement appelée topline, la ligne du dos du cheval se compose de la somme des muscles de son dos partant du garrot jusqu'à la croupe incluse. Cette ligne musculaire est tout simplement essentielle pour offrir de bonnes performances et favoriser le bien être de votre cheval. Un cheval ayant une mauvaise ligne court le risque de développer des boiteries ainsi que des douleurs. A l'origine d'une ligne du dos insuffisante, on retrouve les facteurs comme le un manque d'exercice, un mauvais ajustement de la selle ou une prédisposition génétique.
Heureusement, il est possible de construire et développer la topline de votre cheval, grâce à des exercices simples et efficaces. Voici 5 conseils pour renforcer la ligne du dos de votre cheval.


1. Les spirales de cercle à la longe

L'un des exercices clés à la longe est la spirale dans et hors d'un cercle. La particularité de cet exercice est qu'en raison de la flexion latérale, l'action des muscles intérieurs est légèrement différente de celle des muscles extérieurs. Pour être en ligne droite sur le cercle, la jambe arrière et la jambe avant extérieures doivent faire une foulée légèrement plus grande et vous ne sollicitez pas seulement les muscles qui fléchissent, étendent et déplacent le membre sur une ligne droite, vous travaillez également les muscles qui travaillent sur l'abduction et l'adduction. Cela demande plus d'effort que de suivre une ligne droite.

Comment ça marche ?

 

Image www.le-site-cheval.com

  • Au trot, commencez sur un cercle de 20 m, puis réduisez la taille en amenant votre cheval sur un cercle de 10 m. Pour cela, raccourcissez la longe de façon à ce que votre cheval tourne son nez en dehors de la ligne du cercle de 20 m. Il s'enroulera alors vers vous. 
  • Pour lui demander de revenir sur un cercle plus grand, marchez vous-même sur un cercle plus grand pour qu'il reste à la même distance de vous. Son corps doit alors dériver un peu vers l'extérieur, afin que son poids soit porté vers l'extérieur.
  • Il est important que son corps soit plié dans la direction où vous voulez aller, de façon à ce que ses côtes soient fléchies vers l'extérieur, mais que la jambe arrière intérieure monte et se place en dessous pour le soulever. Une fois que vous êtes dans cette position de portage, en la maintenant, vous faites travailler ces muscles.
  • Il faudra deux ou trois cercles pour revenir sur le grand cercle. C'est un travail difficile, donc deux ou trois circuits de chaque taille avant de changer de main sont suffisants.


2. Travailler l'engagement des postérieurs

Le travail au sol est une partie essentielle de votre entraînement et peut être utilisé pour l'échauffement avant de monter. Il s'agit là de travailler la détente, la coordination du corps et de la posture. Cet exercice peut être effectué avant une séance de monte ou de longe et pendant que le cheval est sellé.

Image www.cheval-partage.net

  • Commencez par mener votre cheval sur un petit cercle au pas, en reproduisant la même posture qu'à la longe, c'est-à-dire un port de tête vers l'avant et vers le bas, votre cheval se penchant autour de vous et passant sous lui avec sa patte arrière intérieure.
  • Lorsqu'il tourne, votre cheval doit faire un pas avec son postérieur vers l'avant et sous son corps, pour l'encourager à se soulever par le tronc afin de prendre la posture de portage dans le dos.
  • Vous pouvez faire évoluer cet exercice en lui demandant de rentrer son épaule à l'intérieur le long d'un mur, et en demandant un léger mouvement latéral.


3. Pratiquer le "stretching carotte"

Les étirements sont excellents pour recruter les muscles qui se trouvent plus profondément autour de la colonne vertébrale et aident à la stabiliser.

 

Image www.equideep.com

  • Faites des étirements carotte de chaque côté et entre les pattes avant de votre cheval. Plus la position finale de sa tête est basse, plus le soulèvement de la région thoracolombaire (partie principale du dos) est important. Il est préférable de faire ces étirements après l'exercice, lorsque votre cheval est chaud, ou après qu'il ait été au champ. Faites-les quotidiennement si possible.
  • Si votre cheval est au repos au box ou n'est pas échauffé, commencez par une plus petite amplitude de mouvement, en faisant entre trois et cinq étirements de chaque type.
  • Demandez à quelqu'un de vous montrer comment éviter que votre cheval ne "triche" et comment obtenir une bonne qualité de mouvement.
  • Choisissez bien la surface sur laquelle il se tient. Elle doit être antidérapante.
  • Pensez au positionnement. Vous pouvez mettre votre cheval dans un coin de l'écurie ou du manège pour l'aider à garder son corps immobile.


4. Travailler sur une colline

Le travail en côte est un excellent moyen de développer la ligne du dessus sous la selle. Monter et descendre des collines augmente l'activité des muscles de l'arrière-train, du dos et des abdominaux. Un trot ou un pas lent sera le plus bénéfique dans les premiers temps.

Encore une fois, votre cheval doit adopter la bonne posture et le bon port de tête, en se lèvant et s'appuyant sur le sol de façon à pousser la colline plutôt que de tirer sur son avant-main.

En ce qui concerne la position du cavalier, le haut de votre corps est perpendiculaire à l'horizontale, donc plus la pente est raide, plus vous devez adopter une position avancée - mais, en fin de compte, vous devez rester équilibré et léger sur la selle.

S'il s'agit d'une colline longue et raide , ne la montez qu'une ou deux fois. Descendre une colline est tout aussi bien, car votre cheval doit contrôler sa descente et fléchir les postérieurs pour passer sous son corps et déplacer son poids vers l'arrière.

La descente doit être lente et agréable, permettant à votre cheval de s'équilibrer. Laissez sa tête libre tant qu'elle n'est pas trop haute ou creuse.

 

5. Surveillez l'alimentation de votre cheval

La construction de la ligne du dos n'est pas seulement une question d'exercice, elle nécessite également une alimentation correcte.
Pour prendre du muscle, votre cheval doit avoir un bilan énergétique positif, ce qui signifie qu'il reçoit un peu plus d'énergie qu'il n'en a besoin pour le travail qu'il effectue.

La deuxième exigence est d'avoir une qualité suffisante de protéines et nous jugeons cela par la quantité de lysine. La lysine est considérée comme l'acide aminé numéro un, donc si vous ne donnez pas assez de lysine par jour pour le travail que fait votre cheval, il ne développera pas de muscle.

De même, une alimentation trop riche n'aura aucun effet. Une fois que vous avez atteint le minimum requis, donner un gros excès est un gaspillage.
Pour un cheval de 500 kg qui travaille peu, vous avez généralement besoin de 800g de protéines par jour, alors qu'un cheval qui travaille beaucoup a besoin de 1300g de protéines par jour, ce qui équivaut à 9 g de lysine.

Il a également été démontré que la leucine a des effets bénéfiques à la fois sur le développement musculaire et sur les courbatures, mais uniquement si elle est donnée en grande quantité et peu après l'exercice.

Nous vous conseillons de consulter votre vétérinaire et votre nutritionniste pour discuter du plan d'alimentation de votre cheval.


Ces autres articles pourraient vous intéresser : 

Nos conseils pour longer votre cheval comme une pro

Les mains du cavalier : comment bien utiliser cette aide naturelle ?

10 façons d'améliorer votre équitation  

 

Photos : Christels & Guilaine


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés